/

Les quatre vérités de Jean-Marc Vaudiau

Eloge conflictuel du caméléon

22 Juin 2022 | Les 4 vérités de Jean-Marc Vaudiau

L’homme nouveau est multisexe, multiculturel, bref tout ce qui s’éloignerait
d’une identité.

Pour passer un moment de vacuité intellectuelle et de balourdises, il vous suffit de lire Juliet Drouar: «Sortir de l’hétérosexualité», ou Louise Morel: «Comment devenir lesbienne en dix étapes». Le premier opus nous explique que l’hétérosexualité est ennuyeuse, insatisfaisante, inégalitaire et oppressive; le second nous assure que l’hétérosexualité est une arnaque et il entend aider les femmes à s’en sortir. Bref, on ne naît pas mâle ni femelle, on se choisit en fonction de son désir, car la vraie liberté est ailleurs que dans le couple traditionnel. Michel Tournier dans «Les Météores» (1975) avait déjà exploré le thème de la supériorité de l’homosexualité; on avait moyennement apprécié. Aujourd’hui, la mode des LGBTIQ+ nous présente ces petites minorités comme l’avenir de l’humanité!
La seconde moitié du XXe siècle a voulu assurer à chacun une tout autre liberté: sur le plan privé, chacun fait ce qu’il veut et n’entend pas devoir s’expliquer sur sa sexualité, sa nourriture, ses lectures, ses préférences. Bref, la vie privée lui appartient et une fois qu’il a refermé la porte de son chez-soi, il en use comme il l’entend. Or ce droit est aujourd’hui contesté par les ayatollahs du penser-juste et de la nouvelle bigoterie. Les Verts disent ce qu’il faut manger ou boire, les journalistes comment penser woke, d’aucuns veulent effacer les marqueurs génériques de la langue française, les autres prescrivent avec qui il faut coucher. On déclare oppressive cette vie privée qui convenait à chacun et le cadre de la liberté vole en éclats. Le sectarisme conflictuel a remplacé le pluralisme laïque.
Mais quel est le but de cette déconstruction? On déconstruit l’histoire afin de mettre en place un homme nouveau, parce qu’on «n’en peut plus du sexisme», du «racisme» ni du «statut de dominant/dominée». La lutte des classes s’est déplacée vers la lutte des genres, qu’il faut aussi faire éclater. L’homme nouveau est multisexe, multiculturel, bref tout ce qui s’éloignerait d’une identité. C’est la consternante apologie du caméléon! Je ne comprends pas pourquoi il faudrait s’y soumettre.

$

EXPLOREZ D'AUTRES ARTICLES :