L’architecte Jean Hanemian propose pour Notre-Dame un parvis-reflet, nouvelle vision de la cathédrale.

/

Jean Hanemian

L’architecte qui veut retrouver l’esprit des cathédrales

12 Jan 2022 | Articles de Une

Créateur de «L’Architecture d’éveil», Jean Hanemian, fondateur de l’agence d’architectes parisienne AIM Hanemian Architectes, a toujours cherché, dans tous les projets sur lesquels il a été amené à travailler, à repenser les espaces tout en respectant leur mémoire, créant un lien entre le passé et l’avenir, entre le message originel et celui d’aujourd’hui et de demain. C’est d’autant plus vrai quand il s’agit de lieux de culte. Le récent incendie de Notre-Dame l’a engagé dans de nouvelles réflexions sur la cathédrale renaissante et sur ce que peut être l’esprit des cathédrales aujourd’hui.

En cette fatidique soirée du 15 avril 2019, l’architecte parisien Jean Hanemian vit en direct l’incendie de Notre-Dame. Bouleversé, il voit la bâtisse s’embraser, la flèche s’effondrer. Enfin les secours arrivent et l’eau ruisselle sur les flammes pour sauver la cathédrale incendiée. «Outre le coup au cœur à la vue de Notre-Dame en flammes, se souvient Jean Hanemian, ce qui m’a le plus touché a été de voir cette eau salvatrice des secours se déverser sur Notre-Dame, comme une eau de baptême qui allait permettre à la cathédrale de renaître». Cette eau qui ruisselait sur la cathédrale en flammes a éveillé en lui l’image de l’eau du baptême: Notre-Dame en feu, Notre-Dame baptisée, sauvée par l’eau source de la Nouvelle Vie…

L’eau salvatrice

Initiateur de «L’Architecture d’Eveil», cherchant toujours, pour chaque projet sur lequel il est amené à travailler, à retrouver l’origine même de l’esprit et de la mémoire des espaces, ce vécu de Notre-Dame a amené Jean Hanemian à penser à l’eau comme à l’eau source de vie, lumière de la foi, eau du baptême. «Cette image du baptême s’est naturellement imposée à moi», dit-il.
Pourquoi alors ne pas recouvrir de façon permanente le parvis d’une mince pellicule d’eau, dans laquelle Notre-Dame se refléterait en miroir? Marcher sur l’eau pour entrer dans la cathédrale serait pour les fidèles, les pèlerins et les visiteurs comme un nouveau baptême, permettant à tous de retrouver l’origine de la spiritualité et, ainsi purifiés, d’être accueillis par la cathédrale ressuscitée. Entre réalité et imaginaire, la vision du reflet de Notre-Dame sur le parvis serait comme un nouveau pas vers la spiritualité. Pour renforcer encore cette impression, Jean Hanemian a imaginé créer un arc-en-ciel à l’entrée même du parvis, «pour former comme un chemin initiatique qui symboliserait le passage vers un autre monde, comme un porte ouverte vers la spiritualité». Situé dans l’axe de Notre-Dame, il donnerait encore plus de force au projet du Père Gilles Drouin de faire à nouveau entrer les fidèles par la porte centrale de la cathédrale.

Retrouver l’esprit des cathédrales

L’un des grands regrets de Jean Hanemian pour Notre-Dame est la perte au fil du temps de sa fonction d’accueil et d’hébergement. «Qu’est-ce qu’une église, une cathédrale? Un lieu de spiritualité, bien sûr, situé au cœur d’un village, mais aussi un lieu de rencontre pour tous (n’est-ce pas l’essence même du parvis?) et un lieu d’hébergement pour de nombreux publics, depuis le pèlerin jusqu’aux personnes fragilisées par la vie», souligne Jean Hanemian, qui a pensé dans le cas de Notre-Dame a renouer avec cette notion d’accueil en utilisant l’espace situé sous le parvis pour y créer des hébergements. «Il serait possible de faire ouvrir cet espace jusqu’à la Seine. Il serait également possible de créer de l’hôtellerie à destination des pèlerins et visiteurs, en construisant des espaces d’hébergement au-dessus des toits de l’Hôtel-Dieu, en prenant bien soin de ne pas couvrir les cours existantes», explique-t-il.

Mise en pratique

«J’ai eu la grande chance de construire à Issy-les-Moulineaux, près de Paris, une chapelle pour l’Eglise apostolique arménienne, première concrétisation de mes réflexions sur l’esprit des lieux de culte», fait remarquer Jean Hanemian. Ce lieu réunit à la fois un lieu cultuel, un lieu culturel avec une salle polyvalente et un espace d’habitation. «L’espace cultuel a été prévu comme une Arche de Noé, permettant à chacun de se recueillir quelle que soit sa confession. Plus récemment, sur un projet d’envergure à l’entrée de La Défense à Paris, nous proposons la construction d’une cathédrale de forme circulaire, rappelant les lieux de culte et de rencontre des premiers chrétiens. Les fidèles se rassembleraient à l’intérieur, sur des balcons, à l’image des églises du pays basque». Avec toujours, ce souci d’architecte de trouver le lien entre le message originel et l’avenir.

 

ANIKA MICHALOWSKA

$

EXPLOREZ D'AUTRES ARTICLES :

Tribune du MCEI

Tribune du MCEI

Quentin Verne/Quentin Verne, créateur du subtil gin genevois LVX, Blaise Matthey, directeur général de la Fédération des entreprises romandes, et...