Enrico Muratore… autre rencontre fortuite (à un débat du salon Artgenève).

/

hors champ

Comment on écrit un article

13 Avr 2022 | Articles de Une

La presse a mauvaise presse et les médias perdent des emplois… mais le reportage fait toujours rêver. En tout cas, ce ne sont pas les sujets qui manquent: si «l’angoisse de la page blanche» touche les plumes en chambre, sortir dans la rue suffit à trouver dix sujets.

Pendant des lustres, cette rubrique portait sur les métiers et les études: dernier carré d’un journal de l’emploi jumeau de celui de l’immo. Désormais, la rubrique est «Hors champ»… histoire de traiter dans un média gratuit ce que les gens bien de la presse noble n’osent pas toucher. Comme… les méfaits des modes dans les formations supérieures… les abus du clergé civil des experts ès bonnes causes… les fanfares de nos autorités pour éveiller les «citoyen(ne)s… et d’une manière générale, la pensée unique qui affirme sans douter… si belle en ses miroirs qui sont autant de murs. Mais pour une fois, on va faire une trêve, et prendre une autre voie pour sortir des ghettos de l’info: le hasard… et ses surprises qui prennent de court les réponses toutes faites.

Science et art se marient-elles ou se défient-elles?

Place des Nations… un début d’après-midi, entre une réunion au Palais des Nations sur le logement (unece.org)… une autre au Centre de conf’ sur les drames du Sud et de l’Est (unwatch.org), et un séminaire à la Maison de la paix sur les méfaits coloniaux du pétrole. A l’arrêt de bus, une femme digne de «Vogue» tend aux quatre vents un drôle d’appareil pas tout à fait «de photo». Je regarde à droite et surtout à gauche qu’aucune «Elle» ne soit prête à me tomber dessus si je parle à la belle… et – voyant qu’un enfant assis sur le banc a un chapeau, des souliers et une coquille tous trois d’un jaune aussi vif que les ongles de la dame – j’en prends prétexte pour lui dire deux mots. C’est bel et bien une chasseuse d’image et surtout de sons… «même celui de l’eau»; intrigué, j’ai juste le temps de prendre sa carte quand le bus vient la cueillir… et découvre du coup un nouveau métier. C’est une «plasticienne sonore»… «the architect of sound»… et son doctorat ès sciences du Poly de Zurich est le moindre de ses titres de gloire (voir echora.ch): il ne lui manque que celui de juriste… au cas où l’eau voudrait des droits d’auteur. Peu à peu germent dans ma tête des questions de fond, semées il y a des lustres par un ami tatar: notre sublime musique classique, il la nommait «Western academic music». Et désormais, pas de «bruiteuse» sans patente des sciences et onction des arts.

Pas facile de se défroquer du Poly

Rentré chez moi, je me dis qu’il est temps de faire usage des piles de cartes que je collecte chaque jour en croyant les mettre tôt ou tard à profit… avant que l’an qui passe me fasse oublier qui fait quoi. Sur la masse, je n’arrive qu’à raviver les dernières, comme celle d’un architecte dont j’ignore tout sauf qu’il a fait le voyage de Zurich au Palais des Nations pour le Forum des maires… et est lui aussi docteur du Poly: sans rien en savoir de plus, ça fait déjà de lui un être hors du commun… dans une Salle XVII où on ne voit d’habitude que des gens de l’appareil officiel, des missions diplomatiques ou des lobbies de la «société civile»… avec leur langue de bois commune. Même quand il y a une passe d’armes: la «Commission économique pour l’Europe» qui chapeaute le Forum inclut la Russie… or la majorité des discours ouvre sur un hommage à l’Ukraine. Alors je reprends du souffle, et monte un étage plus haut où se tient un «side event» sur l’habitat: chaque orateur y clame tour à tour son amour pour les «objectifs du développement durable». Mais un homme annonce la couleur… c’est le cas de le dire: ses chaussettes rouges disent assez qu’il travaille au Kenya (voir le film «Sur la route de Nairobi»… et quand vient son tour à ce panel, il jure en effet par son franc-parler sur les impasses du «social». Cet homme n’est autre qu’un des pontes de «UN Habitat»… et un article sur ses dires serait «hors champ» mais «dans le coup»… ce journal y pense.

Contre les moulins… à prière

Retour aux cartes, dont une a une note au verso: en effet, à un autre Forum (de la coopération: voir le journal de l’Immobilier N° 27 du 6 avril 2022), au stand de l’inévitable Poly de Zurich, un écolo… pratiquant sinon croyant… répond aux questions sans son missel; je m’en étonne… il me conte sa vie, et celle de son père, auteur libanais hors normes (Abolo F. Nehme… hélas! non traduit; pour le fils, voir bluact.com). Autre hors-norme du Forum, Eva Yoo a mis Genève sur la Route de la Soie (de Séoul à vélo: seekroad.co). Retour aux normes: le «climat» est le lieu des idées toutes faites (voir genevaenvironmentnetwork.org), et quand on demande à un expert «pourquoi les peuples sont si prompts à l’effort de défense armée, mais si lents à celui contre l’ennemi carboné?»… c’est «parce que les gens ne se fient plus aux autres et donc ne font plus l’effort commun»… alors, crise du climat ou de confiance? Mais là, on sort du champ des cartes… pour y rentrer de suite après le débat d’une grande école dans un grand hôtel (ie.edu): ayant quitté les lieux et en route pour le bus, je tombe sur un couple qui voit le monde en relief: lui est dans le blé et elle dans le bien… double vue qui soude la paire… et marie réel et social (fsg.org). Vu que le même soir dans les couloirs de l’hôtel, j’ai dû écouter un Zoom sur John Stuart Mill (libinst.ch), qui n’a plus guère le droit d’être cité à l’Uni, cela crée aussi des liens avec les moulins à blé.

Chaque carte mériterait un article

«Last but not least» mais en vrac: carte reçue dans le 11 de manière aussi furtive que la première plus haut à l’arrêt du 5, celle d’une demi-Japonaise – «retail (…) coach», bus oblige – qui pèse ses mots mieux que moi (voir Helenes Way sous LinkedIn ou Instagram). Sans unité de temps ni de lieu mais lui aussi dans l’action, l’homme qui m’a montré le chemin de la Villa Dutoit un jour où j’étais égaré s’est avéré – après une minute de dialogue – Mexicain et artiste sur bois (knockonwood-europe.com). Pour faire bon poids, citons encore une jeune, croisée à l’école d’art mais qui va son chemin (giuliaagostini.com), et un ami qui cherche l’absolu – ces temps – entre les contraires du clair-obscur (valigouraphoto.ch). Moins fortuit car à un colloque annoncé: une journaliste aguerrie par cinq ans de Chine (martinafuchs.global); la salle d’Uni-Bastions n’avait jamais rien entendu de si vif depuis Carl Vogt. Un mois plus tôt, c’est une salle d’Uni-Mail qui n’avait jamais entendu de si doux qu’une Maha Gabbani diplomate… d’Arabie Séoudite. Sa seule fraîcheur va verdir d’oasis tout le désert; tandis que – question climat – Bahia et Ancône risquent gros… alors pressez-vous: dans le tiroir de la dernière récolte, une «pousada» refait surface (pousada-o-forte.bahiatophotels.com)… de même qu’un restau au sud de l’Italie (circolocittadinojesi.it)… dites à l’hôtelière ou au cuisinier que vous avez rencontré le fils à un congrès aux Nations ou la femme dans les rues de Carouge… tou(te)s deux braves Genevois(es).

 

Boris Engelson

$

EXPLOREZ D'AUTRES ARTICLES :

Tribune du MCEI

Tribune du MCEI

Quentin Verne/Quentin Verne, créateur du subtil gin genevois LVX, Blaise Matthey, directeur général de la Fédération des entreprises romandes, et...